[Championnat National – 21ème journée] Les palois sont tombés sur un os !

Il fallait se rattraper après la déconvenue face à Marseille Consolat, vendredi dernier, et essayer de ramener quelque chose de ce long déplacement chez le dernier du championnat, l’US Avranches.

Mais les palois étaient prévenus : leurs adversaires du soir sortaient de deux très bons matchs nuls à Dunkerque et au Red Star.

L’humilité était de mise, d’autant plus que les Normands ont recruté deux joueurs durant le mercato, qui ressemblent à une bonne pioche.

A noter également qu’Aaron Boupendza, meilleur buteur du National, était suspendu pour une accumulation de cartons jaunes, obligeant David Vignes à replacer Kader Kraichi en attaquant de pointe aux côtés de Jonathan Rivas.

Un début de match avranchinais

Les locaux, qui jouent désormais leur survie à chaque match, démarraient la rencontre tambour battant, laissant bien présager de leurs intentions : un corner récolté au bout de 2 minutes de jeu seulement ne donnait rien.

L’impact physique était bien présent : Bansais restait au sol après un contact avec l’un de ses adversaires, le match allait donc se jouer également avec ce paramètre.
Daubin puis Martin subissaient le même sort : le début de rencontre était clairement à l’avantage des Normands, qui n’étaient cependant pas dangereux, bien repris par des retours défensifs de qualité de toute la ligne défensive paloise.

Les appels des attaquants d’Avranches étaient plutôt imprécis, car ceux-ci se faisaient prendre régulièrement au piège par les bons alignements de la défense béarnaise.

Les Jaunes et Bleus essayaient de sortir la tête de l’eau, mais leurs incursions étaient trop timides pour inquiéter l’arrière-garde avranchinaise, il est vrai regroupée en un bloc compact à chaque attaque des visiteurs.

Changement de physionomie

Mais après 10 minutes, le match changeait de visage : les palois commençaient à récupérer des ballons plus haut, exploitant les premiers espaces que leur laissaient les Normands.

Les première combinaisons intéressantes arrivaient dans la foulée : Daubin, Gbaklé ou Kraichi faisaient parler leur technique sans toutefois réussir à se mettre en position de tir.

La première chaude alerte avait lieu sur le but d’Ibrahim Koné : N’Kololo parfait seul, excentré sur le côté droit, pour se présenter face au portier palois.
Celui-ci réalisait un bel arrêt, préservant sa cage : sur le corner, il était mis à contribution de nouveau mais récupérait le ballon tranquillement (14ème).

La réponse ne tardait pas : un bon coup franc obtenu, et Gbaklé envoyait la gonfle dans la surface adverse.
Le ballon, cafouillé, était repris par un autre joueur jaune, qui expédiait sa frappe malheureusement au-dessus.

L’US Avranches reprend le contrôle du ballon… puis c’est au tour de Pau

Les bleus se rebiffaient, et tentaient de lancer leurs attaquants en profondeur : les défenseurs palois, vigilants, ne laissaient rien passer.

Le rythme s’accélérait, et aucune des deux équipes n’arrivait à poser son jeu, malgré des situations parfois intéressantes, mais pas assez précises, faisant le bonheur des gardiens (19ème, 21ème).

Quelques coups francs bien placés venaient égayer la rencontre, et de bons tacles (Toussaint, 24ème) ou de bons pressings mettaient un terme aux envolées de chaque camp.

Un rythme qui retombe

Malheureusement,  l’embellie n’était que de courte durée : le rythme baissait nettement alors qu’on arrivait au milieu de la mi-temps.

Rivas, battant comme toujours, arrivait à se placer suffisamment bien pour frapper, mais son tir passait à droite des cage de Garel (27ème).

La réponse venait de N’diaye, mais Toussaint et Koné dégageaient le danger.

Une nouvelle situation chaude arrivait, comme souvent, du côté de Gbaklé et de ses dribbles virevoltants : il trouvait Jonathan Rivas, mais ce dernier n’arrivait pas à se retourner pour armer une frappe, alors qu’il se trouvait proche des buts d’Avranches (29ème).

Bien défendre, le credo de chaque équipe

Le dernier quart d’heure était un véritable jeu du chat et de la souris : les deux défenses, ne voulant pas prendre de risques, ne tentaient rien de dangereux, préférant l’efficacité à la beauté.

Un nouveau coup franc venait inquiéter les béarnais, qui voyaient Koné récupérer un ballon qui était pourtant passé devant ses cages.

Les palois accéléraient un peu en fin de période : Bansais centrait sur la tête de Rivas, qui voulait dévier pour son compère Gbaklé. Seuement, celui-ci avait collé son attaquant, et il ne se trouvait pas dans l’espace libre (39ème).

Les cinq dernières minutes étaient une véritable bataille au milieu du terrain, aucune des deux équipes ne voulant lâcher un pouce de terrain : des ballons longs entre les deux surfaces, et un carton jaune pour Kader Kraicho (44ème), et l’arbitre sifflait la mi-temps, sur ce score de 0-0.

Un retour des vestiaires à l’avantage de l’US Avranches

Le ton était donné au retour de la pause du côté des Normands : changement offensif, où Dutournier, attaquant, remplaçait Koussalouka, milieu de terrain !

La première escarmouche arrivait à la 47ème : Thiaré gagnait son duel avec Toussait, puis frappait en force. Koné, impérial, détournait sans trembler le tir de l’attaquant normand en corner.

Sur celui-ci, la tête de Bonenfant frôlait les cages paloises, et passait un peu miraculeusement à côté (48ème) !

Un grand ouf de soulagement était poussé par les Jaunes et Bleus, malgré tout solides depuis le début du match.

L’orage continuait encore, et les locaux poussaient pour essayer d’ouvrir le score, dans ce match cadenassé : deux corners d’affilée, qui ne donnaient rien, et Koné pouvait récupérer la gonfle pour donner de l’air à son équipe (51ème).

Retour à la normale pour les palois

Bonenfant, encore lui, se signalait en récoltant un carton jaune, après une semelle sur Toussaint : ce dernier allait d’ailleurs encore subir une faute similaire quelques instants plus tard (52ème et 55ème).

Pendant ce temps-là, Gbaklé, l’un des palois les plus en jambes, faisait encore des siennes, et arrivait à centrer fort devant le but en direction de Kraichi, mais la main ferme de Garel stoppait cette belle tentative (54ème).

Cela marquait le retour en grâce des béarnais, qui arrivaient à enchaîner quelques mouvements intéressants, entre Sanchez et Daubin (56ème, 57ème).

La rencontre s’équilibrait donc à nouveau, et les ballons longs faisaient leur retour : Malaga et Toussaint, impériaux sur ceux-ci, permettaient d’éloigner le danger.

Nouvelle incursion des visiteurs à la 62ème minute : suite à une récupération haute, Sanchez armait une frappe, contrée par un pied bleu, et Kraichi, en embuscade, faisait une petite faute qui coupait cette belle action.

Nouvelle période de domination paloise 

Les ballons étaient de nouveau dans les pieds palois : Sanchez puis Bansais centraient, Daubin essayait de trouver Gbaklé, mais pas de frappe à l’horizon au final.

Un nouvel superbe arrêt de Koné mettait un terme à cette bonne période, sur une frappe de Bonenfant : le corner était dégagé par Toussaint (68ème).

Dans la continuité, Kraichi héritait d’un bon ballon aux 25 mètres, et enchaînait avec un bon tir, qui finissait sa course à côté des buts avranchinais (69ème).

Le premier changement palois arrivait à la suite : Amadou Ciss remplaçait un Anthony Sanchez généreux mais pas récompensé de ses efforts.

Une fin de match cadenassée

Une grosse situation venait enflammer le stade René Fenouillère : N’diaye frappait au but, mais Toussait se sacrifiait pour détourner le ballon, relançant du même coup pour Ciss, qui faisait parler sa vitesse, avant de passer à Bansais, qui essayait de trouver Gbaklé de l’autre côté, sans succès (70ème).

Le deuxième changement pour l’US Avranches était effectué à la 72ème : Farnabe remplaçait N’diaye.

Les palois, commençant peut-être à avoir les jambes lourdes sur un terrain plus difficile, continuaient leurs incursions dans le camp adverse, mais ni Martin, Gbaklé, Ciss, Kraichi ou Daubin ne pouvaient convertir ces mouvements en occasion franche (73ème, 74ème, 76ème).

77ème minute : Mohamed Guilavogui prenait la place de Jonathan Rivas, bien muselé par la défense normande, et auteur d’un match de guerrier, comme à son habitude.

But (justement) refusé à Toussaint

Une minute après seulement, Gbaklé centrait, récupérait la touche sur le centre, et obtenait un corner : sur celui-ci, Toussaint plaçait sa tête qui finissait sous la barre de Garel… Mais Mr l’arbitre sifflait justement un ascenseur du défenseur palois sur son vis-à-vis, laissant le score à 0-0 (78ème).

Alors que quelques flocons pointaient le bout de leur nez sur la pelouse, les locaux essayaient de remettre un coup d’accélérateur, mais c’était trop imprécis pour surprendre un Koné décisif à plusieurs reprises (80ème).

Thiaré, lancé comme un avion, était bien repris par Toussaint, qui l’empêchait de frapper correctement (81ème).

Un corner était obtenu par les bleus suite à un contre de Malaga, mais il ne donnait rien : les palois en profitaient pour se ruer à l’attaque, par l’intermédiaire de Ciss et Gbaklé, mais ils perdaient le ballon (83ème).

David Vignes faisait son dernier changement à la 85ème, en faisant rentrer Junior Assoumou en lieu et place de Kader Kraichi, attaquant d’un soir et auteur lui aussi d’un match plein sur une pelouse de plus en plus difficile (85ème).

Les palois abandonnent le ballon aux Avranchinais

La fin de match ressemblait à une attaque-défense : les palois envoyaient le ballon aussi loin que possible dans les 5 dernières minutes, et Daubin écopait d’un carton jaune (88ème) qui offrait un bon coup franc aux locaux, et Toussaint, toujours lui, sortait le cuir en corner.
Celui-ci ne donnait rien, permettant aux béarnais de sortir de leur camp par Gbaklé, mais le retour de la défense des Normands faisait mal aux jambes de l’attaquant palois (90ème).

Un dernier espoir était suscité par un coup franc obtenu par les visiteurs : malheureusement, une faute était sifflée contre eux alors que le ballon était frappé par Gbaklé.

C’était donc sur ce score de 0-0 que mr l’arbitre sifflait la fin du match, qui était au final mérité pour les deux équipes.

L’US Avranches, qui n’est clairement pas à sa place dans ce championnat à la vue du match de ce soir, n’avait pas trouvé la clé pour ouvrir le score, et les palois, à l’aise à l’extérieur depuis le début de la saison, ramenaient un point acquis de haute lutte, qui pourrait compter à la fin de la saison.

A noter que le week-end prochain, les béarnais sont au repos, étant exempts.

Prochain match du Pau FC : le 23 février à Grenoble
Prochain match à domicile : le 2 mars contre le Stade Lavallois

Allez le Pau FC !

Leave a Reply