National

[Championnat – 33ème journée] Net et sans bavure !

Les trois points : l’objectif de David Vignes et de ses hommes était clair en se déplaçant sur la pelouse de l’US Créteil-Lusitanos, bon dernier et déjà relégué en Nationale 2.

La méfiance était de mise, car ce genre d’équipe, connaissant déjà son destin, ne pouvait que jouer d’une manière libérée, et ainsi poser de sacrés soucis aux formations qui l’affrontent : le coach palois avait décidé de modifier son 11 titulaire, en plaçant Abdelkader Kraichi aux côtés de Jonathan Rivas, replaçant Mohamed Guilavogui sur le côté gauche en l’absence de Dieudonné Gbaklé.

Pour le reste, c’était du classique, et on espérait la même solidité défensive de la part des béarnais que la semaine précédente lors de la réception de Dunkerque.

Une partie rythmée dès le départ

A peine mr l’arbitre avait donné le coup d’envoi de la rencontre que les deux équipes se lançaient à l’assaut des buts adverses, donnant du rythme aux passes et aux offensives.

31960833_10155541009013193_685428440584683520_n

C’étaient les cristoliens qui posaient les premiers le pied sur le ballon, mais ils étaient bien contenus par les bons mouvements défensifs de Toussaint (2ème), Bansais (3ème) ou Maisonneuve (5ème).

La réponse des palois venait par Rivas, signalé hors-jeu après une passe de Daubin (2ème), ou Sanchez, qui voyait son centre passer derrière les buts de Kerboriou (5ème).

La première chaude occasion était à mettre à l’actif de Rivas, qui, après avoir combiné avec Guilavogui, voyait le ballon lui revenir dans les pieds à très bonne distance du but des cristoliens : malheureusement pour lui, il était bien repris et n’arrivait pas à ajuster son tir (6ème).

Ne s’arrêtant pas en si bon chemin, les palois continuaient à pousser, mais Guilavogui était pris au piège du hors-jeu après une bonne passe de Maisonneuve (8ème).

Créteil prend les rênes du jeu

Après cette bonne période des visiteurs, les locaux décidaient de faire valoir leurs arguments, par le biais de Gamboa, très actif : une passe en profondeur pour Sainte-Luce, hors-jeu (10ème), une frappe de Gendrey, à côté (11ème), un centre trop long (12ème) et une frappe de ce même Gamboa, captée par Koné (14ème).

32073902_10155541008968193_1774894320243965952_n

Ne voulant pas se faire surprendre par de vaillants franciliens, les palois resserraient le jeu et mettaient plus d’intensité au milieu du terrain, afin de couper les lignes de passe et presser plus haut leurs adversaires : si le cuir restait en possession des cristoliens, ceux-ci n’étaient plus dangereux, et offraient même de bonnes possibilités de contres aux jaunes béarnais.

Le premier corner était concédé par Martin après un débordement de Sainte-Luce, le vif attaquant de Créteil (20ème) : le ballon frappé au premier poteau arrivait sur une tête des locaux, mais cela finissait au-dessus des cages de Koné.

Le tournant du match

Dominateurs depuis quelques minutes, les cristoliens allaient voir le match brutalement changer de physionomie : sur une incursion de Kraichi dans la surface, celui-ci était retenu par le maillot et s’effondrait, obtenant par la même un penalty, et « offrant » un carton rouge à Fofana, le latéral gauche francilien (22ème) !

Après quelques contestations de circonstance, on sentait bien que les cristoliens avaient compris que le vent avait définitivement tourner, alors que Guilavogui transformait le coup de pied de réparation, plaçant le ballon à contre-pied de Kerboriou sur le côté droit (0-1, 24ème).

32130667_10155541007983193_2258804252509995008_n

A 11 contre 10, ayant ouvert le score, on espérait que les palois auraient au final un match tranquille à gérer, avec les trois points qui feraient énormément de bien au moral et au classement : seulement, il fallait se méfier des cristoliens, bien décidés à ne pas se laisser abattre par ce coup du sort.

Un corner obtenu mais dégagé (27ème), un centre de l’intenable Gamboa (28ème) et une intensité retrouvée : voilà comment les hommes de Yann Lachuer répondaient à ceux de David Vignes après l’ouverture du score.

Un nouveau match commence

Il fallait aux béarnais ne pas laisser leurs adversaires prendre de la confiance, et les piquer autant que possible : si la ligne offensive visiteuse s’essayait à quelques combinaisons, la plus grosse situation venait de Gendrey, qui se retrouvait à la lutte avec Toussaint dans la surface paloise.
Réussissant à s’extirper du marquage du défenseur central, il frappait dans la foulée vers le but jaune, mais son tir, écrasé, terminait sa course de peu à côté du poteau gauche de Koné (29ème).

31958921_10155541008728193_590266688453214208_n

La réponse des pyrénéens arrivait quelques instants plus tard, par une double occasion : Guilavogui au centre trouvait Kraichi, qui essayait de frapper, mais c’était contré.
Rivas, en embuscade, récupérait la gonfle mais butait sur la bonne sortie de Kerboriou, qui empêchait le but du break (31ème).

Les situations s’enchaînaient, et le rythme retrouvait de sa superbe : un centre pour Gendrey, trop haut, puis une tentative de ballon long vers Maisonneuve donnaient du plaisir aux spectateurs présents à Duvauchelle (32ème).

Les palois calment le jeu

Afin de ne pas laisser ce match s’emballer, l’arrière-garde paloise décidait de calmer les esprits en faisant tourner le ballon derrière : si c’était efficace sur le pré, en revanche, cela était moins facile sur le banc cristolien.
En effet, l’entraîneur des gardiens cristoliens était envoyé en tribunes par mr l’arbitre, après de longues contestations (35ème).

Loin d’être touchés par cette décision, les joueurs franciliens repartaient à l’attaque, et Baptista obtenait un très bon coup franc sur la gauche du but de Koné : fort heureusement pour les palois, le centre terminait sa course en six mètres (36ème).

31961103_10155541009638193_6824777181659398144_n

Le premier carton jaune revenait à Guilavogui, coupable d’une faute sur un cristolien (38ème), et un tir en position de hors-jeu de Paye permettait à Koné de se dégourdir les jambes, lui qui bloquait la frappe sans trop de problèmes (39ème).

La fin de mi-temps voyait quelques erreurs techniques survenir, et les derniers centres de Sainte-Luce (44ème) ou sur coup franc (45ème) ne donnaient rien de dangereux sur la cage du portier palois, ses joueurs se chargeant de faire le boulot défensif avec sérénité.

La mi-temps était alors sifflée sur ce score de 0-1, et on voyait mal comment les locaux pouvaient faire leur retard, notamment à 10 contre 11.

La vague cristolienne au retour des vestiaires offre des contres 

Sûrement tancés par leur entraîneur, les franciliens revenaient fort sur le pré de Duvauchelle, avec la ferme envie d’égaliser et d’emballer le match : un gros pressing au milieu de terrain, des palois qui couraient après le ballon, et même une sortie de Koné au-devant de Gendrey (49ème) donnaient le tempo de cette deuxième mi-temps.

Sous pression, obligés d’accumuler les fautes, les béarnais étaient sanctionnés d’un carton jaune pour Daubin (50ème) après une intervention musclée : mais qu’importe, il fallait être solide pour les visiteurs, et laisser passer cette vague pour ensuite placer leurs contres.

32104817_10155541009723193_251731344638345216_n

C’était presque le cas sur une récupération paloise : si Rivas était signalé hors-jeu, Guilavogui, qui avait bien suivi, pouvait récupérer le cuir pour se présenter seul face à Kerboriou, mais mr l’arbitre avait pris le parti de siffler et ainsi de couper cette belle action béarnaise (53ème).

Placés très haut sur le terrain, les cristoliens poussaient et laissaient beaucoup de place en profondeur : Guilavogui, récupérant un ballon après un coup franc francilien, manquait d’un peu de justesse et perdait de la vitesse, permettant à la défense de se replacer (54ème).

Le but du break qui fait du bien

A force de se projeter, les cristoliens finissaient par se faire crucifier en contre : Rivas faisait le métier et récupérait lui-même le ballon à 35 mètres des buts francilien.
Seul, il se présentait face à Kerboriou, le fixait et glissait le cuir à droite du poteau, pour ce qui s’apparentait au but fatal qui allait plier la rencontre (0-2, 58ème).

Forcément touchés par ce but du KO, les locaux sentaient bien qu’il allait être difficile de revenir dans cette partie, et Gamboa récoltait un jaune pour une grosse faute sur Bansais, alors que le latéral avait réussi son débordement (60ème).

31957333_10155541008783193_8322775200848412672_n

Si les cristoliens arrivaient à obtenir un corner, ils étaient pris dans le dos par les bonnes déviations de Rivas, habile dans cet exercice : il lançait Kraichi dans la profondeur, et l’attaquant d’un soir arrivait à se mettre en bonne position de tir, mais son intérieur du pied gauche était dévié en corner par le portier des joueurs de la région parisienne (61ème).

Et c’est sur ce même coup de pied de coin que les palois faisaient définitivement le break : magnifiquement frappé, le ballon arrivait sur la tête de Toussaint, qui piquait parfaitement le cuir pour le 3-0 (0-3, 63ème) !

Un but qui fait mal à la tête des locaux

Voulant éviter une débâcle sur sa pelouse pour les adieux du club en National, Yann Lachuer réalisait un changement dans la foulée de ce troisième but, faisant sortir Sainte-Luce pour laisser entrer Dias (66ème).

Fort logiquement, le rythme s’en ressentait, et les deux équipes ne proposaient plus grand-chose, chacun étant décidé à s’appliquer à ne pas encaisser de but supplémentaire : c’est pour cela que David Vignes lançait Ayoub Ourch, pur produit de la formation paloise, à la place de Guilavogui, pour essayer de créer du danger sur le but de Kerboriou (72ème).

31952921_10155541008088193_346868765780082688_n

Et ce regain de vitesse allait payer : Daubin se fendait d’une belle passe verticale vers Rivas, qui, laissé seul dans la surface, prenait le temps de fixer le gardien cristolien, le débordait sur la droite et glissait le ballon dans le but vide pour inscrire un quatrième pion (0-4, 73ème) !

Nouveau changement juste après ce but du côté de Créteil, et Bouekou remplaçait Gendrey pour essayer de sauver l’honneur (76ème).

Une fin de match totalement paloise 

A 4-0, les béarnais s’appliquaient à conserver ce score, pour avoir le meilleure goal-average possible, ce qui pourrait faire la différence lors de la dernière journée : faisant tourner, ils ne laissaient pas les attaquants cristoliens s’enhardir, prenant soin à couper les offensives par de bonnes interventions de Malaga ou Toussaint.

Pour finir cette rencontre sereinement, et remettre un peu de sang frais dans son équipe, David Vignes effectuait un double changement : Junior Assoumou remplaçait Kévin Martin, auteur d’une rencontre solide défensivement, et Quentin Daubin lassait sa place au jeune Axel Tressens, 19 ans, issu de la formation du Pau FC (79ème).

32086767_10155541009778193_1631696047556263936_n

Les franciliens ne lâchaient cependant pas le match, et obligeaient les béarnais à rester attentifs jusqu’au bout, à l’image de Toussaint, qui se jetait devant un attaquant adverse pour éloigner le danger (80ème).

Les situations s’enchaînent pour les béarnais et les jeunes se montrent

Ourch faisait parler sa vitesse et sa technique sur le côté, pendant que Kraichi, replacé avant-centre pour cette rencontre, avait l’occasion de marquer lui aussi : récupérant un ballon à l’entrée de la surface, il se retrouvait seul face à Kerboriou, mais mettait un petit peu trop de temps à déclencher son tir, laissant la défense fondre sur lui et l’empêcher de frapper (82ème).

Pour ne rien arranger côté Créteil, Paye, l’avant-centre, sortait en boîtant bas, et était remplacé par Belkouche (84ème).

Les palois, profitant de l’euphorie d’une rencontre réussie, continuaient leurs efforts, par le biais notamment des deux entrants, Ourch et Tressens.

Sur un ballon relancé par son gardien, ce dernier arrivait à toute vitesse sur le côté gauche et tentait sa chance au premier poteau, ne se posant pas de question : malheureusement, le cuir passait de peu à côté, mais les intentions de ce jeune joueur faisaient plaisir à voir (87ème) !

31955486_10155541009528193_390261309997842432_n

C’était encore ce même Tressens qui voyait Sanchez esseulé au second poteau, et lui délivrait un ballon que l’ailier droit tentait de reprendre de volée : la fatigue l’empêchait de cadrer, mais on sentait le joueur libéré, à l’image de son équipe (88ème).

Les dernières tentatives de part et d’autre ne donnant rien, mr l’arbitre signifiait la fin de débats, sur ce score de 4-0 pour les palois : un soulagement pour les béarnais, qui se donnent un peu d’air, et qui ont désormais leur destin entre leurs pieds.

Au final, c’est une soirée plutôt réussie pour les palois, car au-delà du score, les attaquants ont marqué, et la défense a réussi à ne pas encaisser de but pour le second match consécutif : de bon augure avant la réception du Red Star, champion du National et déjà assuré de monter à l’étage supérieur l’année prochaine.

Pour ce dernier match de la saison, il faudra être nombreux au stade du Hameau, et ce pour plusieurs raisons : tout d’abord, pour pousser les palois à acquérir définitivement ce maintien, mérité au vu de leur année sportive.

De plus, ce sera l’occasion de témoigner de votre soutien, eux qui terminent une saison harassante et où ils seront passés par toutes les émotions.

Enfin, ce sera le dernier match au stade du Hameau : le Pau FC inaugurera en effet sa nouvelle enceinte l’année prochaine, et dira adieu à cet écrin qui les accueille depuis quelques années déjà.

Alors tout le monde au Hameau vendredi 11 mai à partir de 18h30 !

Allez le Pau FC !

Prochain match à domicile : Pau FC – Red Star vendredi 11 mai à 18h30.

Leave a Reply