National

[Championnat – 18ème journée] Tout avait pourtant si bien commencé…

Nouvelle année, et de nouvelles ambitions pour les Palois, en déplacement chez le nouveau leader de ce championnat National : Raffaele Novelli présentait une équipe classique, avec son 4-3-3 où Damon Bansais retrouvait sa place de latéral droit.

Un terrain plutôt gras, avec un temps humide, allait compliquer la tâche des deux équipes au fur et à mesure de l’avancée du match, mais les Béarnais ne venaient pas en victimes expiatoires au stade des Marais, bien au contraire.

49804321_2664386896935216_1889139488244891648_o

Un début de match très prometteur

Dès le coup de sifflet de Mr Aubin, on voyait des Palois concentrés et déjà dans leur match sur leurs premières prises de balles, et un pressing toujours aussi intense, bien à l’image de cette équipe.

Et tout commençait plutôt bien, avec de belles combinaisons des feux-follets béarnais Boisgard et Thill, qui récoltaient un premier corner, puis un second : malheureusement, ceux-ci ne donnaient rien, si ce n’est une opportunité de contre que les Camblysiens exploitaient à merveille, ratant de peu l’ouverture du score (6ème).

Et à la 9ème minute, une bonne passe en profondeur vers Guilavogui entraînait le premier tournant du match : l’attaquant béarnais était crocheté par Fofana, en position de dernier défenseur !
Ce qui ne laissait d’autre choix à l’arbitre que de sortir le carton rouge pour le central de l’Oise.

Sur le coup franc qui suivait, à 22-23 mètres des buts, c’était Vincent Thill et sa patte gauche qui se présentait : le ballon, travaillé parfaitement, finissait sur la barre de Pontdeme, le portier de Chambly !

Forcément, le coach camblysien se voyait obligé d’effectuer son premier changement, avec la sortie de Dadoune pour l’entrée de l’ancien de la maison, Judicaël Crillon (11ème).

49709879_2664387273601845_4889653462851125248_o

Les Palois n’arrivent pas à profiter de leur supériorité numérique

Paradoxalement, et comme dans de nombreux cas, les Palois ne tirent pas profit de cet avantage, et voient leurs adversaires du soir, déjà en confiance, se resserrer et ne laisser que peu d’espaces, chacun faisant l’effort supplémentaire pour se replacer ou rattraper des situations dangereuses.

Avec en prime un stade de Marais totalement acquis à la cause de ses protégés, la physionomie du match change du tout au tout, et ce sont les locaux qui enchaînent les belles remontées de balle.

Au contraire de Palois assez brouillons, qui ne prennent pas assez de temps pour construire leurs attaques, bien bloqués par une défense compacte : le nombre de passes qui ne trouvent pas preneurs grimpe très vite du côté des blancs béarnais, et on sent qu’une tension s’installe à mesure que ceux-ci ne trouvent pas la faille.

En face, on joue le coup à fond, par l’intermédiaire notamment de Correa, qui met Guendouz à contribution par une frappe lointaine avec rebond, que le portier prêté par St Etienne capte sans trop de difficultés (22ème).

50063334_2664387010268538_4412066074632126464_o

De la tension et des accrochages à répétition

Entre des Camblysiens obligés d’être de plus en plus agressifs, et des Palois qui n’arrivent pas à mettre leur jeu en place, la tension monte : Vallier arrive à centrer, mais Pontdeme capte le cuir.
Dans la foulée, Guilavogui pousse son vis-à-vis, ce qui déclenche une première échauffourée, vite calmée par mr l’arbitre, avec beaucoup de sang-froid et de pédagogie (24ème).

L’arrière-garde béarnaise n’est cependant par en reste, et doit rester vigilante face au meilleur buteur du championnat qu’est Correa, bien aidé par son coéquipier Heinry : il fait sa loi et préserve sa cage inviolée, jouant en puissance ses duels.

Les petites fautes s’accumulent de part et d’autre, coupant les intentions et faisant inévitablement monter la pression, et il en faut peu pour que le match s’enflamme : mr Aubin demande même au coach local de calmer son banc, afin que le jeu se déroule normalement.

50035297_2664386436935262_7429063274726948864_o

Des actions très brouillonnes… mais une seule fait mouche

C’est le mal qui ronge les deux équipes, le Pau FC en tête : les actions sont trop brouillonnes pour pouvoir être réellement dangereuses, et l’avant-dernière ou la dernière passe n’arrive jamais à destination, ne permettant pas aux locaux comme aux visiteurs d’être réellement dangereux.

Alors que Thill se démène pour essayer de se mettre en position de frappe, un contre camblysien va cette fois au bout : un centre venu de la droite lobe Batisse et atterrit sur Correa, qui prend le temps de contrôler et d’ajuster Guendouz au premier poteau, un peu contre le cours du jeu (1-0, 42ème).

Ce but juste avant la mi-temps fait mal aux Palois, qui essayent sur le renvoi de frapper au but par l’intermédiaire de Name, mais il écrase trop son tir de l’intérieur du pied pour inquiéter le portier local (43ème).

Un dernier coup franc juste avant la pause côté Chambly, frappé directement par Correa, forcément en confiance, et les deux équipes sont renvoyées au vestiaire sur ce score de 1-0, pas forcément logique au vu de la première mi-temps des deux équipes.

49803774_2664387283601844_4652025416423309312_o

Un premier changement offensif côté palois dès la mi-temps

Raffaele Novelli, sentant bien que son équipe avait besoin de vitesse, faisait sortir Moustapha Name pour laisser entrer Lamine Gueye, replaçant ainsi Vincent Thill en numéro 10, au cœur du jeu, où on l’espérait plus efficace, notamment dans la dernière passe.

La première incartade venait de Quentin Boisgard, bien trouvé par Maisonneuve en profondeur dans la surface : sa demi-volée puissante était bien boxée par Pontdeme, impérial dans son but (52ème).

Thill l’imite quelques instants plus tard, en enchaînant les crochets mais se heurtant toujours à un pied camblysien, l’empêchant d’armer son pied gauche (54ème).

Pour essayer d’ajouter encore du sang neuf, le coach palois faisait entrer Yankuba Jarju à la place d’un Mohamed Guilavogui qu’on sentait frustré et nerveux (55ème) : le premier nommé se mettait d’emblée en évidence, récupérant un bon ballon en contre, et lançant son compère Gueye, qui malheureusement s’emmêlait les pinceaux et ne pouvait pousser l’action plus loin (56ème).

Maisonneuve prenait un carton jaune sur un tacle identifié par mr l’arbitre comme non maîtrisé, au grand étonnement du capitaine béarnais (58ème).

49864663_2664386553601917_2590313004058804224_o

Une grosse lutte au milieu du terrain : la prime à l’expérience

Et ce qu’on craignait arrivait : les Palois, moins bien physiquement, tombaient dans le rythme imposé par leurs adversaires du soir, qui les entraînaient dans une bagarre au milieu du terrain pour le gain du ballon.

Chambly reprenait la main et obtenait un corner : très bien frappé par Correa, il trouvait la tête de Flochon mais ce dernier voyait le cuir passer à côté des buts de Guendouz (63ème).

C’est ce même Flochon qu’on retrouve deux minutes plus tard, sur un énième contre de son équipe : il tentait une frappe tendue, mais la défense paloise ne cédait pas, même si elle concédait un corner.
Sur celui-ci, Dequaire plaçait sa tête au nez et à la barbe des Béarnais, sans cadrer toutefois (65ème).

Les Palois tentaient de réagir, mais se trouvaient en difficulté à la perte du ballon, obligeant la défense à redoubler d’effort sur les contres très rapides des locaux, à l’image de Batisse, qui contrait Flochon, encore une fois venu aux avants-postes (69ème).

49671257_2664387410268498_558198976562593792_o

Des Palois qui n’arrivent pas à se réveiller malgré un temps fort

L’expérience faisait clairement la différence sur cette fin de match : si Chambly laissait volontairement le ballon, on venait couper les possibilités de centre ou de passe à deux ou trois, sans donner de solutions au porteur de balle palois.

Jarju avait une très bonne occasion d’égaliser suite à un bon centre de Vallier, mais il envoyait le cuir bien au-dessus des cages camblysiennes, au grand dam de ses coéquipiers (76ème).

La plus grosse occasion venait simplement une minute plus tard : Boisgard était trouvé côté gauche, et remettait intelligemment pour Thill, qui frappait en première intention.
Pontdeme était à la parade, mais donnait le rebond pour deux nouveaux tirs des Blancs, qui malheureusement ne donnaient rien (77ème) !

Boisgard continuait à pousser, et jouait avec son compère Thill, qui lui remettait, mais la frappe de l’ancien toulousain était une fois de plus dégagée par Pontdeme (79ème).

Thill concluait ce bon temps fort palois, avec une série de dribbles dont il a le secret, mais son tir du bout du pied n’inquiétait pas vraiment le portier de Chambly, impossible à tromper vendredi soir (80ème) !

49592306_2664387153601857_1805019461376278528_o

Une fin de match avec des occasions

Un deuxième changement côté local avec la sortie du buteur Correa pour l’entrée du travailleur Popelard (81ème), et les 10 dernières minutes du match se profilaient.

Les Palois poussent bien évidemment pour revenir, mais se heurtent encore à une défense de fer, imperméable face aux attaques des Béarnais.

Jarju récupérait le cuir à 30m, se retournait et frappait, mais cela passait très loin des buts camblysiens, et c’était surtout révélateur de cette impuissance paloise à venir inquiéter Pontdeme (87ème).

Les derniers instants ressemblaient à une attaque-défense, avec un Beye en position d’avant-centre pour faire profiter de sa taille et de sa puissance aux Palois : c’est lui qui avait la balle d’égalisation suite à un corner frappé par Boisgard.

Le ballon revenait à ce dernier, qui jouait au 2nd poteau pour Gueye, qui remettait parfaitement sur la tête du défenseur central béarnais, mais sa tête finissait largement au-dessus des buts de Pontdeme (90ème) !

Daubin s’essaye à une chevauchée mais est fauché par Beaulieu, qui prenait un carton jaune et qui offrait surtout une dernière occasion d’égaliser pour les Palois : malheureusement, le centre de Thill n’était qu’effleuré par Batisse, qui était de toute façon signalé hors-jeu.

Sur le dégagement de Pontdeme, mr Aubin signalait la fin des débats sur une défaite frustrante pour les Béarnais, qui n’avaient pas su trouver la faille face au leader camblysien, pourtant réduit à 10 dès la 9ème minute de jeu.

Au classement, les Palois n’ont plus que deux petits points d’avance sur la zone rouge, et devront cravacher pour s’éloigner de cette satanée zone de relégation : avec deux matchs à domicile consécutifs, il faudra faire le plein côté béarnais pour respirer un peu.

Prochain match à domicile : le 18 janvier à 20h face à l’US Avranches au nouveau stade, suivi du 25 janvier avec la réception de Lyon-Duchère en match en retard.

Allez le Pau FC !